L’embauche et le début de carrière

logo-transparent-1-1-1-1.png
L'embauche et le début de carrière - b

L’embauche
et le début
de carrière

Quelques points de vigilance

  • La fiche de poste donne une description du poste, en indiquant les activités et missions, le degré d’autonomie, les conditions de travail, les compétences souhaitées…
  • Le contrat de travail va définir la prestation d’un travail, la rémunération et le lien de subordination.
  • L’affiliation au régime social spécifique à l’agriculture (la MSA) avec l’adhésion à la complémentaire santé obligatoire.
  • Le respect des engagements pour les deux parties, employeur et salarié, en fonction de ce qui a été défini dans le contrat de travail.

L’essentiel à retenir

  • Signer un contrat de travail et le respecter.
  • Prendre connaissance de la convention collective et de ses évolutions.
  • Se former pour s’adapter au poste de travail ou faire évoluer ses compétences avec la formation continue.

Les compétences recherchées

Les compétences les plus attendues chez un salarié sont :
  • La conduite d’engins agricoles et leur entretien
  • La taille de vigne
  • Les soins aux animaux
  • La traite
Des aptitudes et des savoir-être sont également attendus comme :
  • La motivation
  • L’adaptabilité
  • La ponctualité

Salariés agricoles : quelles particularités ?

Quelques repères

Ce sont des métiers qui demandent des connaissances théoriques et des compétences avec la capacité de les faire évoluer. Les postes proposés amènent ou demandent de l’autonomie et des capacités d’organisation.
Les points positifs sont le contact avec la nature, la diversité des tâches, l’autonomie…
Les limites peuvent être liées aux aléas climatiques, le travail dans le froid, des tâches pénibles ou répétitives à effectuer… professionnels, est aussi un élément clé.

L’entretien d’embauche

  • Se renseigner sur l’exploitation agricole.
  • Préparer la rencontre en collectant des renseignements sur l’entreprise et le poste proposé.
  • Rester naturel dans la présentation de ce que je sais faire, de ce que j’aime faire, de ce que j’ai fait.
  • Reformuler pour être sûr de comprendre et d’être compris.
  • Demander la définition du poste proposé et les équipements à utiliser.
  • Informer l’employeur de mes attentes par rapport à cet emploi (horaires, salaires, besoins de disponibilité en cas d’engagement professionnel…).
Témoignage - Matéo
Matéo (21 ans) salarié en élevage ovin

Témoignage

Avez-vous eu un entretien d’embauche avec une visite de l’entreprise ?
En effet, nous avons visité l’entreprise, les consignes m’ont été transmises et elles sont écrites. L’employeur et le salarié doivent savoir s’écouter mutuellement. Pour ma part, c’est important que je sache ce que j’ai à faire dans la semaine, et ensuite je préfère être autonome pour réaliser ce qui est demandé. C’est une relation de travail basé sur la confiance.
Avez-vous lu votre contrat de travail et pris connaissance de la convention collective nationale ?

Je n’ai pas lu la convention collective, nous avons défini les horaires à effectuer et le taux de qualification, c’est plus confortable pour moi.

Page 2 - chèvres

Le contrat de travail, à quoi sert-il ?
Qu’est-ce qu’il contient ?

1. Les normes applicables au salarié

Le contrat de travail ne régit pas à lui seul la relation de travail entre un salarié et un employeur. Il existe en effet d’autres normes juridiques qui prévalent ou complètent les règles contractuelles :
Ces normes peuvent être présentes dans un accord d’entreprise, dans des notes de service, dans un règlement intérieur.
2. Le contrat de travail
Il n’existe aucune définition légale du contrat de travail, mais une définition jurisprudentielle.
Il y a contrat de travail quand une personne (le salarié) s’engage à travailler pour le compte d’une autre personne (l’employeur), sous la subordination de laquelle elle se place, moyennant rémunération.
L’existence d’un contrat de travail crée des droits et des obligations réciproques pour chacune des parties, et confère au salarié un certain nombre de garanties.
Cette définition fait apparaître 3 éléments essentiels du contrat de travail :
  • La prestation d’un travail.
  • La rémunération.
  • Le lien de subordination.
La prestation d’un travail : Elle peut être diverse, travail manuel, intellectuel, artistique…
La rémunération (salaire) : C’est la contrepartie de la prestation de travail. Peu importe que le salaire soit versé en argent ou en nature (nourriture, habillement, voiture).

Fiche de paie ou bulletin de salaire : L’employeur doit remettre une fiche de paie (également appelée bulletin de salaire) au salarié. Le document doit comporter diverses mentions obligatoires (période, base de calcul du salaire, rémunération brute…) et certaines mentions sont interdites (exercice du droit de grève, les fonctions de représentant du personnel). Des rubriques liées aux cotisations et contributions sociales doivent figurer sur la fiche de paie.

Le lien de subordination : C’est le critère décisif. La subordination signifie que le salarié est placé sous l’autorité de l’employeur qui a le pouvoir de lui donner des ordres et des directives quant à l’exécution du travail. A défaut de lien de subordination, on est dans le cadre d’un contrat d’entreprise (article 1787 du code civil).

Un contrat doit-il être écrit ?

Un contrat de travail verbal reste valable.
Seul le contrat de travail à durée indéterminée (CDI) à temps complet peut être oral, tous les autres contrats doivent être écrits : contrat à durée déterminée (CDD), contrat à temps partiel, contrat de travail temporaire, contrat d’apprentissage, de professionnalisation…
L’absence d’écrit équivaut à un contrat de travail à durée indéterminée à temps plein.
En pratique, pour éviter tout contentieux relatif à la preuve et au contenu du contrat (qualification, rémunération, horaires), il est fortement conseillé de formaliser le contrat par un écrit.

Les différentes formes de contrats de travail

  • Le contrat à durée indéterminée (CDI) : Il peut être rompu à tout moment par le salarié ou par l’employeur.
  • Le contrat à durée déterminée (CDD) et l’intérim : Il s’agit de contrats limités dans le temps.
  • Le travail à temps partiel : Il est possible de travailler à temps partiel quel que soit la forme du contrat de travail (indéterminée, déterminée, intérim).

Documents à connaitre :

Page 2 - salade

Les contrats de travail les plus utilisés :
CDI ou CDD ?

Le contrat de travail à durée indéterminée (CDI) est la forme normale et générale de la relation de travail (article L. 1221-2 du code du travail). Il ne parait pas de date à laquelle il prend fin.
Le recours à des contrats à durée déterminée est donc strictement limité et réservé à certains cas énumérés par la loi :
  • Remplacement d’un salarié absent.
  • Départ définitif d’un salarié avant la suppression de son poste.
  • Attente de l’entrée en service du nouveau titulaire du poste.
  • Accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise.
  • Travaux saisonniers.

Temps plein ou temps partiel ?

La durée légale de travail est fixée par le code du travail à 35 h hebdomadaires. En dessous de cette durée, le contrat est un contrat à temps partiel.

Engagement entre les deux parties

En vertu du contrat de travail établi, les deux parties s’engagent à respecter plusieurs obligations.
Du côté employeur :
  • Garantir du travail dans les conditions fixées au contrat.
  • Verser une rémunération en contrepartie du travail effectué.
  • S’assurer que les risques professionnels (santé et sécurité au travail) sont écartés ou réduits.
Du côté salarié :
  • Exécuter le travail demandé dans les conditions fixées au contrat de travail.
  • Respecter les règles de fonctionnement de l’entreprise (possible règlement intérieur).
  • Informer l’employeur de sa situation professionnelle : cumul d’emploi, travail pendant les congés payés (celui-ci est interdit)…
S’assurer qu’il ne dépasse pas les limites maximales de durée de travail lorsqu’il cumule plusieurs emplois. Ces limites sont fixées à 10 h / jour, 48 h / semaine et 44 h en moyenne pour 12 semaines consécutives.
Témoignage - Marie
Marie Agricultrice, employeuse en transformation laitière

Témoignage employeur

Vos connaissances en droit du travail vous semblent-elles suffisantes ?
Je m’appuie sur l’espace juridique et social du syndicat agricole pour la partie bulletins de salaire et les questions juridiques de respect de règlementation et droit du travail.
En quoi le contrat de travail est-il utile dans la relation avec le salarié ?
Nous avons défini des fiches de poste qui permettent de définir les tâches, le grade, le niveau de rémunération et la catégorie.
Comment s’effectuent les recrutements ?
Pour recruter, on est plus axé sur la relation humaine que sur l’analyse de CV. On préfère une personne qui a les qualités pour apprendre que quelqu’un qui dit savoir.
En quoi c’est intéressant de respecter les obligations liées à l’emploi ?
Le contrat de travail donne le cadre à respecter et il sécurise. La fiche de poste va permettre de définir les missions à effectuer. Pour la pénibilité, on s’organise pour aménager les postes à la bonne hauteur et les déplacements de poids sur roulettes. Si on veut garder les salariés, il ne faut pas les maltraiter !
3. Le régime social et santé applicable
au salarié agricole

Le régime social : l’affiliation à la MSA

La déclaration préalable à l’embauche d’un salarié agricole est transmise à la Mutualité Sociale Agricole. Pour les salariés travaillant pour une entreprise agricole du Tarn-et-Garonne, de l’Aveyron, du Lot et du Tarn, l’affiliation doit se faire auprès de la MSA Midi-Pyrénées Nord.

Votre affiliation à la MSA vous permet, selon votre situation, de bénéficier de prestations de protection sociale (allocations familiales, aides au logement, prime d’activité, retraite…) ainsi que des aides individuelles versées par l’action sanitaire et sociales (sous conditions). C’est ce qu’on appelle le « guichet unique ».

Tout employeur doit obligatoirement proposer à chaque nouveau salarié, la mutuelle collective qu’il a choisi. Le salarié, qu’il soit en CDD ou en CDI, a alors le choix entre adhérer ou demander une dispense. La dispense n’est possible que dans certains cas. Ces derniers sont listés sur le bulletin de dispense que l’employeur doit fournir au salarié.
La prévoyance d’entreprise correspond à l’ensemble des garanties mises en place dans l’entreprise pour protéger les salariés ou certaines catégories d’entre eux (cadres, non-cadres) en cas d’arrêt de travail ou de décès. L’assurance prévoyance en entreprise vient compléter les couvertures des régimes obligatoires. Elle couvre principalement les risques d’incapacité de travail, d’invalidité et de décès du salarié.

Les ressources

  • La DREETS.
  • Les organisations syndicales et paritaires.
  • Association des Salariés Agricoles du Tarn.
  • MSA.

Prestations de protection sociales

En fonction de votre situation familiale, de vos ressources et/ou de votre vie professionnelle, vous pouvez prétendre à l’octroi de nombreuses prestations versées par votre caisse de MSA.

Des prestations au titre de :

-La santé : congés maternité et paternité, complémentaire santé solidaire (CSS)
-La famille, le logement : allocations familiales, prestation d’accueil du jeune enfant (Paje), complément familial, aides au logement…
-La retraite, la solidarité, le handicap…

Des aides individuelles visant à améliorer la vie des assurés de la MSA Midi-Pyrénées

Spécifiques et sous conditions, elles sont définies par le conseil d’administration et s’adressent à 3 publics agricoles cibles : les familles et les jeunes, les personnes en situations de rupture ou de fragilité, les seniors.
Elles sont consultables sur le Guide des aides individuelles 2024 de la MSA MPN. N’hésitez pas à les consulter, ces informations sont disponibles sur mpn.msa.fr

Action sanitaire et sociale :
Guide des aides individuelles  2024

logo transparent 1 1 1 1 2 - Salariés agricoles du Tarn

Du lien et de l'action pour les salarié(es) agricoles

Contact

Partenaires